Cobrand – Sport – Nouvelles

Maple Leafs 2 – Canadien 4 – Le spectacle Pacioretty

Par le 30 novembre, 2013

 Maple Leafs 2   Canadien 4   Le spectacle Pacioretty

Dans le monde du spectacle, on pourrait dire que Max Pacioretty s’est offert deux représentations supplémentaires au Centre Bell.

Un texte de Guillaume Lefrançois

Onze jours après son tour du chapeau contre le Wild, une semaine après avoir inscrit un doublé contre les Penguins, Pacioretty y est allé, cette fois, d’une performance de trois points. L’attaquant a mené le Canadien (15-9-3) à un gain de 4-2 sur les Maple Leafs de Toronto (14-10-3), samedi, à Montréal.

En plus de ses 2 buts et son aide, Pacioretty a tiré 10 fois au but, dont 4 fois sur sa seule échappée en début de match. Sur son troisième retour, il a finalement battu Jonathan Bernier.

« P.K. (Subban) m’a fait la passe quand le défenseur pivotait, a décrit la première étoile du match. Il y a deux ans, j’ai eu le même genre de chance à Buffalo, j’avais beaucoup de temps. Je me suis dit que je devais tirer et que j’aurais sûrement un retour. J’ai finalement pu tirer quatre fois! »

Le numéro 67 en a rajouté en période médiane quand il s’est amené à un contre un pendant un désavantage numérique, et a battu Bernier d’un faible tir du revers. Pacioretty a connu une telle soirée qu’il était même menaçant à court d’un homme.

« J’adore jouer en désavantage numérique, a-t-il admis. Ce soir, on a pris plusieurs punitions et par le passé, je serais resté longtemps au banc et j’aurais perdu mon rythme. Maintenant, ça me donne la chance de jouer, et comme on est intenses en échec avant, ça me met dans le match et ça me donne des chances. »

On ne se trompe pas en qualifiant Pacioretty de casanier, par les temps qui courent. À ses 3 derniers matchs à la maison, il totalise 8 points, dont 7 buts, et 23 tirs au but.

Subban a également marqué pour les Montréalais. Il s’agissait de son premier but après une séquence de 12 matchs sans but. Tomas Plekanec, sur une passe millimétrée de Daniel Brière, a inscrit l’autre filet des vainqueurs.

Défense hermétique

James van Riemsdyk et Mason Raymond ont marqué à 22 secondes d’intervalle, dans les dernières minutes du deuxième engagement, pour ramener le pointage à 4-2 et s’assurer de conserver un minimum d’intérêt pour le dernier vingt.

Le Tricolore a ensuite fermé la porte en troisième période, qu’il a menée 14-12 aux tirs au but. Pour un 10e match de suite, l’équipe a limité l’adversaire à deux buts ou moins, et présente un dossier de 7-1-2 au cours de cette séquence.

« Carey joue bien, il fait son travail, et notre équipe aussi, estime Subban. On a besoin qu’il joue à son mieux et il le fait cette saison. Et en unité de cinq, on est bons pour limiter les chances des adversaires. On a donné 36 tirs ce soir, mais avec tous les désavantages numériques, c’est très bon. »

La main heureuse

George Parros était de retour dans la formation du Canadien pour la première fois depuis le 7 novembre. L’homme renouait du même coup avec Colton Orr, celui avec qui il s’était battu le 1er octobre dernier, quand il a subi une commotion cérébrale. Les deux hommes se sont d’ailleurs livré un combat en deuxième période, visiblement dans le plus grand respect. Orr a même semblé avoir protégé la tête de Parros quand les deux hommes ont chuté.

Parros a été limité à 6 présences, toutes dans les 40 premières minutes, et essentiellement quand les hommes forts des Leafs étaient sur la patinoire. Mais on peut se demander si la présente de Parros n’a pas donné du courage supplémentaire à certains patineurs du CH. Il fallait voir Subban, en début de match, ne pas se gêner pour distribuer une bonne mise en échec à Orr.

« Il donne simplement la chance à tout le monde de jouer au hockey », a répondu Subban.

« C’est quelque chose qu’on n’avait pas par le passé quand on jouait contre Toronto. Il a eu impact dans notre attitude pour ce match », a ajouté Therrien.

L’entraîneur-chef a eu la main heureuse avec un autre changement, en employant le costaud Douglas Murray à la place de Francis Bouillon. Comme Parros, Murray n’a pas fait mal à son équipe, et s’est bien servi de son gabarit en bloquant cinq tirs.

Galchenyuk puni

Malgré la victoire, Alex Galchenyuk s’est retrouvé en punition en troisième période. En fait, il n’a pas effectué une seule présence dans les 20 dernières minutes.

Le jeune homme a péché tard en deuxième période quand il a été puni pour double échec, en zone offensive. C’était alors 4-0 Canadien. Les Leafs ont profité de sa punition pour reprendre de la vigueur, et ont marqué sept secondes après sa sortie du cachot. Comble du malheur, le numéro 27 était sur la patinoire pour les deux buts des Torontois.

« Je n’ai pas aimé sa punition en fin de deuxième en zone offensive, a martelé Therrien. On demande d’éviter les mauvaises punitions, surtout quand tu mènes par quatre buts. Tu ne veux pas changer le momentum. Il a pris quelques punitions en zone offensive dernièrement, on lui a parlé, et en a pris une ce soir. Mais ça fait partie du développement d’un jeune. Je suis convaincu qu’il va réagir de la bonne manière. »

À noter

L’attaquant Rene Bourque était également de retour au jeu. Bouillon, Ryan White et Michaël Bournival ont été laissés de côté.

Carey Price a obtenu une passe sur le premier but de Pacioretty, son premier point depuis la saison 2011-2012.

Partagez cet article

Poursuivez votre lecture sur ces thèmes

Réagissez à cet article

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>